"Si tu affirmes que les fesses de la personne qui te précède sont sales
demande à celle qui te suit comment sont les tiennes"

Les fautes d'orthographes sont d'origines et n'engagent que le rédacteur du bord d'aile
Les articles concernant l'arrondissement, la communauté de commune et les communes sont désormais transférés sur "Le Courtier Dépendant", site que vous pouvez atteindre d'un simple clic

Seuls les commentaires identifiables seront acceptés, les anonymes sont automatiquement en spams.

samedi 26 mars 2016

Cas isolé à Paris qu'il disait le ministre

Le Syndicat des Gentils Policiers Nationaux demande aux pouvoirs publics d'interdire le port de téléphone portable en mode photo et/ou vidéo aux abords des manifestations.

L'utilisation de ces engins les contraint à être moins performants et de ce fait à ne plus toucher la prime de rentabilité qui leur est allouée pour leurs débordements.

Après le visionnage des faits parisiens à côté d'un lycée ou un fonctionnaire n'a fait que son travail en assénant un coup de poing inutile au petit merdeux, voilà qu'un autre risque de se faire taper sur les doigts pour avoir gentiment plaqué au sol un gauchiste d'éducateur à Nantes.

Le ministre de l'intérieur va donc être obligé de concéder qu'il y a des brebis galeuses dans les rangs des gentils policiers et que le cas isolé de Paris n'était que la partie visible du glaçon qui refroidit le Ricard du fonctionnaire. 

Ils en ont bu sans modération.

4 commentaires:

  1. Ce genre de débordement a toujours existé. Aujourd'hui, les policiers vont devoir faire gaffe, car ils savent qu'il y a pas loin, chaque fois, des caméras pour les filmer. ET c'est tant mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout le ministre qui va être obligé de recadrer ses troupes

      Supprimer
    2. ouais mais que les caméras filment aussi ce qui s'est passé avant

      Supprimer
    3. les policiers seraient ils d'accord ?

      Supprimer

Remarques bienvenues