"Si tu affirmes que les fesses de la personne qui te précède sont sales
demande à celle qui te suit comment sont les tiennes"

Les fautes d'orthographes sont d'origines et n'engagent que le rédacteur du bord d'aile
Les articles concernant l'arrondissement, la communauté de commune et les communes sont désormais transférés sur "Le Courtier Dépendant", site que vous pouvez atteindre d'un simple clic

Seuls les commentaires identifiables seront acceptés, les anonymes sont automatiquement en spams.

lundi 21 décembre 2015

Pour tous les connards de Nemrod de merde

Merci à Jeff de l'avoir signalé

"Cela fait des années que je n’ai pas écrit quelque chose sur FB, mais aujourd’hui c’est différent, on parle de mon mari, on dit beaucoup de choses et il y a beaucoup de commentaires... C’est moi qui l’ai tenu dans mes bras pendant 15 min, la tête explosée avant que les secours n’arrivent. Je suis restée seule pendant au moins 5 min avant qu’un chasseur ne vienne à mes côtés alors que je hurlais et qu’ils se tenaient à 50 mètres de nous ! Ils ont pris le temps de se mettre d’accord sur leur version des faits.


C’était samedi 5 décembre, nous habitons au pied du Semnoz et pratiquons le trail depuis des années. Nous connaissons les périodes de chasse, les signaux et les règles…



Mais ce samedi matin, nous n’avons croisé aucune signalisation sur les chemins que nous avons empruntés.



Nous avons, en revanche, croisé un chasseur 100 mètres avant le tir, à qui nous avons gentiment dit bonjour, qui ne nous a pas répondu, qui nous a tourné le dos et qui ne nous a pas dit que quelques mètres plus haut se trouvaient 6-7 chasseurs (en battue ???). Nous parlions fort tous les deux, j’étais habillée en rose et bleu et le terrain était dégagé et à 10 m de la route qui monte au Semnoz. 1 min plus tard j’ai entendu un coup de feu terrible, je me suis retournée et mon mari était à terre une balle en pleine figure et la mâchoire éclatée.



Ce jour-là, nous avons respecté les règles, eux pas. Ce jour-là mon mari n’a pas été victime d’un accident, il a été tué. Ce jour-là ce sont des assassins que nous avons croisés, la chasse n’est pas un jeu. Mon mari mesurait 1,82, pesait 83 kg, il n’avait rien d’un sanglier. Il était beau, il avait 2 petites filles, nous étions heureux…



Alors on fait quoi maintenant ?"

2 commentaires:

  1. Chaque fois que j'apprends une telle histoire, je songe à un copain d'enfance. Il était chasseur et il arrêté. Effaré devant les risques pris par les chasseurs. Effaré aussi devant la puissance des armes et des munitions utilisées. Il parle d'inconscience, tant des chasseurs que des autorités qui laissent faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lobby des armes tel qu'il est aux USA n'est pas encore ancré en France mais il se pourrait que certains maires acceptent que des employés municipaux puissent être pourvus d'arme

      Supprimer

Remarques bienvenues