"Si tu affirmes que les fesses de la personne qui te précède sont sales
demande à celle qui te suit comment sont les tiennes"

Les fautes d'orthographes sont d'origines et n'engagent que le rédacteur du bord d'aile
Les articles concernant l'arrondissement, la communauté de commune et les communes sont désormais transférés sur "Le Courtier Dépendant", site que vous pouvez atteindre d'un simple clic

Seuls les commentaires identifiables seront acceptés, les anonymes sont automatiquement en spams.

jeudi 27 novembre 2014

Hommage à Didier Chouat par Jean Buchon


Hommage à Didier Chouat

Pendant l'hommage rendu à Didier Chouat, lundi 24 novembre à Plérin, Jean Buchon, qui a été le 1er adjoint de Didier pendant ses deux mandats de maire, de 1989 à 201, s'est fait le porte parole de ses anciens collègues adjoints pour témoigner de l'action politique de Didier à Loudéac.

Voici le texte de son intervention.
Hommage à Didier Chouat
24 novembre 2014

Didier, ta vie politique à Loudéac a commencé en 1978, à l’occasion des élections législatives, où tu étais opposé à Mlle Dienesch. Tes compagnons de l’époque, aujourd’hui devenus des « anciens combattants », se souviennent avec émotion de cette aventure au cours de laquelle le nom Chouat s’est estompé au profit de Didier : la mayonnaise avait pris, et ce fut le départ de la conquête du sud du département par la gauche.

Les élections municipales de 1983 sont gagnées par la liste de M. Ropers, et tu entres, avec cinq colistiers, dont j’étais, au conseil municipal. La mandature se déroule sereinement, et nous permet de préparer l’avenir.

1989 et 1995. A cette époque, ne pas parler gallo et ne pas fréquenter assidûment les buvettes n’étaient pas un handicap. Tes capacités d’écoute et de rassemblement, ton équipe, composée de personnes représentant l’union de la gauche et d’autres venant des mondes associatif et professionnel te permettent de remporter brillamment ces deux élections municipales.

Enumérer les réalisations dont ont bénéficié tous les Loudéaciens pendant ces deux mandats serait long et fastidieux. 

La mémoire collective retiendra que ton action n’a oublié personne :
• L’enfance : ouverture du service petite enfance et réhabilitation de l’école du centre avec construction d’un restaurant en self. Création d’un self également à l’école J. Verne.
• Le troisième âge : construction de la maison d’accueil pour personnes âgées dépendantes, la Résidence Brocéliande, construction de l’espace Yann-Sohier, qui accueille les retraités.
• La jeunesse : création de la mission locale en collaboration avec Pontivy (+création d’un service jeunesse, maison des jeunes, conseil communal de jeunes).
• Le sport : transformation de la piscine en Centre Aquatique ludique, les « Aquatides », le centre équestre, tous deux cédés ultérieurement à la Cidéral.
• La culture : création en 1989 de l’office municipal culturel, constitué à partir du tissu associatif et de volontaires, qui a permis de faire vivre le palais des congrès inauguré cette même année. Construction de la médiathèque, accompagnement à la création de l’école de musique associative.
• Les équipements publics : la maison du développement qui regroupe les services intercommunaux, l’ANPE, la mission locale, le SMICTOM, etc.
• La santé :
o Obtention, en collaboration avec le maire de Pontivy, du 8ème secteur sanitaire dérogatoire, qui a permis d’éviter le rattachement à Vannes. 
o Fusion des hôpitaux de Plémet et Loudéac.
o En 2000, création du pôle « mère – enfant » de niveau 2, qui permet le regroupement des services de maternité de Loudéac et Pontivy qui étaient voués à la fermeture, Loudéac bénéficiant d’un centre périnatal.
o Sauver l’hôpital de Loudéac était mission impossible compte-tenu de la démographie, de la fuite des malades, et du manque de praticiens. Réaliste et pragmatique, tu choisis la fusion avec Pontivy. En 2001, une partie de l’électorat te sanctionne pour ce choix.

Tu as voulu, et réussi, à rendre Loudéac plus attractive par l’aménagement de son centre ville, et son raccordement à la RN 164 et la RD 700, la route pénétrante est et la déviation ouest, essentielles pour le développement économique de la ville. Avec ton équipe, tu as ouvert la nouvelle zone sud à l’urbanisme industriel et commercial, en y installant les cuisines Danet, Galva-Industrie etc … Le relais industriel sera repris ensuite par la Cidéral dont tu fus le président et qui aura été ta réalisation la plus forte et la plus symbolique. Elle incarnera ta philosophie politique : rassemblement et solidarité. En transformant le Sidéral, syndicat à vocation essentiellement touristique, créé par Théo Angoujard et Lucien Boscher, en Cidéral, communauté de communes, tu as réussi à convaincre Plémet et Saint-Caradec de nous rejoindre, confortant ainsi la cohérence du territoire.

En votant la Taxe professionnelle unique (TPU), tu réponds à ta volonté de développement harmonieux de notre secteur, selon ton leitmotiv : «Loudéac ne peut être une oasis de prospérité dans un désert.» 

En votant la TPU, tu es un vrai précurseur : tu prends le risque assumé de diminuer, à court terme, les recettes de la ville au profit de la solidarité intercommunale, et tu prévois qu’à moyen et long terme, le territoire sera gagnant. Ce qui se confirmera largement par la suite. Et aujourd’hui, la TPU est généralisée dans toutes les communautés de communes.

Au-delà de toutes ces réalisations, revenons à l’homme : qui étais- tu, Didier ?

Homme organisé, compétent, réfléchi, d’un contact facile, ne laissant jamais une question sans réponse, tolérant, et d’une grande humanité, tu nous as fait découvrir et aimer la politique. Pour toi, seul prévalait l’intérêt général, dans le respect des personnes, sans passe-droit, et toujours en conformité avec les lois et les règlements. 

Didier, tu te faisais une haute idée de ta mission, ne te mettant jamais en avant, ne cherchant pas les honneurs, seule comptait la satisfaction du travail bien fait.

A Loudéac comme à l’extérieur, lorsque tu prenais la parole, ton charisme, ta courtoisie, tes connaissances, ton éloquence te faisaient porter haut les couleurs de Loudéac. Nous en étions fiers.

Tu as fait grandir les personnes qui ont eu la chance de travailler à tes côtés. Ton départ nous fait perdre un grand homme, un modèle de courage politique, un ami.

En notre nom à tous, au nom de tes très nombreux amis loudéaciens, merci Didier. 

Anna, Nadège, Romain, Ludivine, Dimitri, et Virgile, vous pouvez être fiers de Didier. Puisse cette fierté, vous soutenir dans ce douloureux moment et vous porter longtemps…

Jean Buchon

7 commentaires:

  1. Le maire actuel a t il entendu cela ? car il y a des leçons à recevoir.

    RépondreSupprimer
  2. Merci , MR Le Maire , MERCI MR LE DEPUTE, pour tout ce que vous avez fait

    RépondreSupprimer
  3. Et5 pas un representant de la ville de Loudeac , absence egalement d'une representation de la Cideral qui sans lui ne serait pas laa ou elle est !!!!!!

    RépondreSupprimer

Remarques bienvenues