"Si tu affirmes que les fesses de la personne qui te précède sont sales
demande à celle qui te suit comment sont les tiennes"

Les fautes d'orthographes sont d'origines et n'engagent que le rédacteur du bord d'aile
Les articles concernant l'arrondissement, la communauté de commune et les communes sont désormais transférés sur "Le Courtier Dépendant", site que vous pouvez atteindre d'un simple clic

Seuls les commentaires identifiables seront acceptés, les anonymes sont automatiquement en spams.

mardi 18 novembre 2014

C'était il y a 2 ans, les jeunes de Loudéac privés de visite du Sénat

La municipalité de Loudéac qui adore les jeunes, comme la CIDERAL d'ailleurs, a il y a 2 ans empêché le Conseil Municipal des Jeunes de visiter le Sénat.

Le maire, bien aidé par son entourage, avait trouvé des arguments aussi fallacieux les uns que les autres, le sénateur étant de gauche, il ne fallait pas que les jeunes s'imprègnent de ses idées.

10 commentaires:

  1. De toute façon, ils n'auraient rien vu. La 2 nous a démontré hier soir qu'il y avait au Sénat un taux d'absentéisme ahurissant ! La municipalité ne voulait peut-être pas que les petits Loudéaciens puissent ensuite en témoigner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est tout jeune que l'on doit faire comprendre ce qu'est un parlement, bon ou mauvais

      Supprimer
  2. Hé, hé ! Sacré Jacques,...tu es un malin.
    Tu as tout compris !
    Par contre, je ne regrette pas d'avoir voulu organiser cette visite, mon but étant d'éclairer au maximum les jeunes. J'étais à l'origine de ce projet (trop à gauche, on m'a ensuite écarté).
    Je regrette par contre d'avoir accepté les excuses fallacieuses, qui ont permis cette annulation !
    J'étais trop jeune et trop sur l'emprise d'une personne que je croyais sincère !!!
    Mais va-t-on me croire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croire ou ne pas croire, toujours est il que les jeunes ont été "punis" pour quelque chose dont ils n'étaient pas participants

      Supprimer
    2. Les enfants ont payé dans cette histoire, mais j'ai tout fait pour qu'ils aient une compensation voire un lot de compensation avec la visite du château de Versailles.
      C'était moi qui avais tout organisé de A à Z et il n'y a eu aucune mauvaise surprise !

      Les enfants ont été punis par une municipalité qui a tout fait pour prouver par A+B que la gestion et l'organisation du voyage vues pas des responsables socialistes, étaient plus qu' approximatives et peu rigoureuses.Mais, j'en conviens tout a été fait pour plomber ce voyage.
      Ils auraient cherché n'importe quel prétexte.

      Est-ce de ma faute ?

      NON ! Je le répète, ce n'est pas de ma faute, si la municipalité actuelle ne peut pas souffrir les socialistes, dont je fais partie !
      Dois-je rappeler que j'ai participé aux primaires des Présidentielles 2012 et que je me suis attiré les foudres de mon équipe municipale pour cela ?

      Mais va-t-on me croire ?

      De toute façon, cela m'est égal qu'on me croie ou non, j'ai dit la stricte vérité!
      L'équipe actuelle est de droite et n'aime pas les gens de gauche : c'est pour cette unique raison que j'ai souhaité partir. J'ai compris trop tard que je composais avec des gens de droite. Il y a eu tromperie sur la marchandise !
      Au départ, il m'avait semblé que Gérard Huet était de gauche et qu'il acceptait dans son équipe "sans étiquette" des gens de gauche comme moi. C'est pour cela que j'ai fait partie de cette équipe. Maintenant, va-t-on me le reprocher jusqu'à la fin de ma vie ? Il faut savoir tourner la page et reconstruire !

      Supprimer
    3. Oups, je voulais dire un lot de consolation !

      Supprimer
  3. - "Mais va-t-on me croire ?"
    - non.

    J'ai suivi cette histoire et il me semble que vous aviez demandé une subvention au sénateur PS ? subvention accordée ?
    et d'après vos commentaires vous justifiez votre annulation par cette lamentable excuse de repas ?
    je vous le redis : A- SSU- MEZ !!

    RépondreSupprimer
  4. Certes, il y a eu une demande de subvention (qui n'a pas été accordée), ...certes la gestion des repas n'a pas été simple (un jour, on avait des sandwichs, le lendemain, on avait autre chose,.... le surlendemain, il fallait encore revoir la copie).
    De quoi en perdre son latin ! Les familles ne comprenaient plus rien et ne souhaitaient plus envoyer leur enfant, devant de telles incohérences.
    Les enfants ont payé dans cette histoire, mais j'ai tout fait pour qu'ils aient une compensation voire un lot de compensation avec la visite du château de Versailles.
    C'était moi qui avais tout organisé de A à Z et il n'y a eu aucune mauvaise surprise !
    Ce n'est pas de ma faute, si la municipalité actuelle ne peut pas souffrir les socialistes.
    Cette histoire m'a valu d'être viré ! Ce ne devait pas être du goût de la droite locale d'organiser un voyage avec l'ennemi politique n°1 (et surtout avec un assistant parlementaire qui avait un avenir politique tout tracé).
    Je ne veux plus revenir sur cette histoire, tout a été dit. Cet Henri ferait bien d'assumer sa mauvaise foi et surtout sa connerie.

    RépondreSupprimer
  5. 1000 euros accordés pour cette visite en collaboration avec Plérin par le sénateur KERDRAON sur sa réserve parlementaire, tout le monde à Loudéac et Plérin le sait sauf certaines autruches
    Le problème était que cela devenait PLERIN l'organisatrice de cette visite, une vraie commune de gauche avec un sénateur maire de gauche, quelle offense pour le député de droite du coin le maire de Loudéac et certains de ses conseillers sous influence.

    RépondreSupprimer
  6. 1000 euros ? Vous êtes très mal renseigné !
    La loi ne lui a pas permis de puiser dans sa réserve parlementaire pour financer de telles actions. Nous avons mis sur pied un dossier de demande de subvention avec son fidèle collaborateur Olivier Quéro, mais cela a été retoqué.
    Nonobstant,malgré tout ce périple, Ronan (grand ami de ma famille) avait réussi à compenser ce refus, par l'octroi d'une autre forme d'aide qui aurait équilibré les comptes de la ville de Loudéac. Bref et pour faire court, il y avait un simple changement dans le choix des lignes comptables, afin de pouvoir profiter de cette manne financière.
    Mais, pour des raisons déjà évoquées, le bureau municipal (dont je ne faisais pas partie) avait statué et décliné l'offre du sénateur.
    Mais va-t-on me croire ?
    Mince ! J'avais dit que je ne reparlerais plus de cette histoire !
    Mais, je l'accorde à cet "Henri" : j'ai été naïf et sous influence.
    Mais doit-on m'en vouloir ? Je n'ai pas vu le mal tout de suite. J'ai cru en une personne qui était très proche d'un de mes oncles, hélas défunt (Michel), je pensais pouvoir hériter d'une amitié, après son décès. Je me suis fait avoir en beauté !
    On a joué sur les sentiments !
    Mais, cela se paiera un jour.

    RépondreSupprimer

Remarques bienvenues