"Si tu affirmes que les fesses de la personne qui te précède sont sales
demande à celle qui te suit comment sont les tiennes"

Les fautes d'orthographes sont d'origines et n'engagent que le rédacteur du bord d'aile
Les articles concernant l'arrondissement, la communauté de commune et les communes sont désormais transférés sur "Le Courtier Dépendant", site que vous pouvez atteindre d'un simple clic

Seuls les commentaires identifiables seront acceptés, les anonymes sont automatiquement en spams.

samedi 23 mai 2015

Un ministre de droite à la santé, c'est dans les tuyaux

Sur son blog consulté par autant de personnes que le mien, c'est à dire très peu, le pourfendeur de la gauche se voit déjà comme futur ministre de la santé à la place de celle qui est actuellement avenue Duquesne à Paris.

Il reproche à Marisol Touraine , l'actuelle ministre de la Santé, les 18300 morts de la grippe en les comparant aux seulement 15000 de la canicule de 2003.












Lorsque vous buvez le fiel de son billet, vous vous apercevez que c'est avec réjouissement qu'il cite les chiffres qui ne sont pas discutables mais qu'il interprète à sa manière.

Faut il lui rappeler que pour la canicule il n'existe pas de vaccin et que le ministre de l'époque, un certain Jean François Mattéi de l'UMP n'avait pas voulu écourter ses vacances pour coordonner la cellule de crise qui avait été mise en place sans lui.

Ce matin sur France Inter, un spécialiste, lui contrairement au blogueur de droite et à moi même, a donné un début d'explication sur la sur mortalité due à la grippe de cet hiver. Le fiasco de la vaccination contre le virus H5N1 mis en place par Roselyne Bachelot ex UMP fait en sorte que les anciens sont de plus en plus réticents à se faire traiter contre la grippe hivernale et comme les médecins traitants ne peuvent les y contraindre, la mortalité est plus importante. 

Il ne faut pas oublier que Jean François Mattéi débarqué du gouvernement de Jean Pierre Raffarin a été recasé au Conseil d'Etat sous la présidence de Jacques Chirac et nommé président de la Croix Rouge dans la foulée, si ça ce n'est pas de la République de copains, ça y ressemble quand même.

Mais nous sommes sauvés :
Eh, eh, Parrillo est arrivé
Sans s'presser
L'grand Parrillo, l'beauf Parrillo
Avec son fiel et son grand égo

2 commentaires:

  1. y a eu la canicule cet hiver , j'avais pas remarqué !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a chauffé dur dans les têtes pensantes vides de la droite

      Supprimer

Remarques bienvenues